Avis sur la nouvelle "Porté Disparu" de Eva Dézulier
Livres en Français

Porté Disparu – Eva Dézulier

21 mars 2018

La nouvelle « Porté Disparu » d’Eva Dézulier est étonnante et captivante. Elle va vous entraîner dans un jeu d’échecs dont Aurelien, son personnage principal, pourrait être le perdant.

Aujourd’hui, j’ai envie de vous faire découvrir un de mes coups de coeur littéraires de mars 2018: la nouvelle « Porté Disparu ». De plus, vous découvrirez dans cet article sa talentueuse auteure, Eva Dézulier, grâce à une interview où elle vous donnera envie de découvrir son univers.

Ne vous laissez pas dissuader par le fait que cette histoire est une nouvelle. « Porté Disparu » m’a passionnée.


+ Genre: Thriller / Surnaturel
+ Date de parution: 21 Février 2018
+ Nombre de pages:  25 pages
+ Prix sur Amazon:  1 euro (version Kindle)


La nouvelle « Porté Disparu »

 

1/ Résumé du livre …

Aurélien est en route pour rejoindre sa grand-mère près du lac de Constance. Au cours de son voyage en train, il se fait aborder par un inconnu qui lui raconte l’objet de son voyage : enquêter sur la disparition mystérieuse d’un homme dont il serait le sosie, à tel point qu’il a déjà été interpellé quatre fois par la police sur le signalement d’un témoin. Amateur de casse-tête, Aurélien abandonne alors sur un coup de tête lac de Constance et grand-mère pour suivre cet inconnu dans une étrange aventure qu’il n’est pas près d’oublier.

2/ Mon avis …

Honnêtement, je ne suis pas une grande fan de nouvelle. Je trouve qu’elles sont souvent assez superficielles et ne retiennent pas mon intérêt. Mais la nouvelle « Porté Disparu » m’a surprise par ses rebondissements.

 J’ai été bluffée par cette nouvelle qui en 25 pages est arrivée à me passionner.

En la lisant, je me suis retrouvée avec Aurélien entrain de vivre les événements qui vont bousculer ses plans. La plume est agréable à lire et l’intrigue est bien ficelée. J’ai tout particulièrement aimé le mélange du genre thriller et du genre surnaturel (mes deux genres préférés). La structure de l’histoire ressemble à une partie d’échecs, ce qui la rend d’autant plus captivante.

Les personnages sont très bien écrits, l’intrigue est surprenante et la fin vous fait froid dans le dos (personnellement j’adore cette sensation à la fin d’un livre, cela veut dire qu’il est réussi).

Je vous encourage vivement à découvrir cette nouvelle. Elle est géniale et elle se lit vite. Amateur de suspense, « Porté Disparu » est pour vous.

3/ Ma note … 

 

Interview de l’auteur Eva Dézulier

1/ Eva, peux tu te présenter en quelques mots ?

Jeune auteure de 28 ans, j’habite dans la Loire avec mon compagnon et mon fils de sept mois. J’écris des nouvelles, des poèmes et des romans. Je suis aussi professeure de français dans un lycée.

2/ Qu’est ce qui t’a donné envie d’écrire ?

C’est une question étonnamment difficile. Je ne sais pas exactement. J’avais envie de donner corps à ces histoires, à ces images, à ces personnages, qui défilent dans mes rêveries. Je voulais mettre des mots sur cet imaginaire, qu’on n’entrevoit que lorsqu’on est au repos ou lorsqu’on s’ennuie, puisque dans la vie quotidienne, notre esprit est sans arrêt occupé par autre chose, tourné vers l’extérieur. L’idée était sans doute de l’apprivoiser : le rêve, l’imaginaire, c’est une part d’étrangeté en nous-même. Ecrire permet de partir à la découverte de ces obsessions qui nous habitent.

3/ Quand as tu commencé à écrire ?

Je crois que j’ai toujours écrit, depuis que j’ai appris à le faire. J’ai commencé par la poésie. Mais mes textes avaient malgré tout quelque chose de narratif. Même dans un poème, j’ai tendance à raconter une histoire. A l’adolescence, je me suis tournée vers la nouvelle et le roman : j’ai initié de très nombreux projets, tous inachevés.

Pendant mes études de lettres, en classe préparatoire puis à l’ENS de Lyon, j’ai totalement cessé d’écrire. À ce moment-là, je lisais beaucoup, j’étudiais, et je ne me sentais pas prête à me lancer vraiment.

Ce n’est qu’en 2015 que j’ai repris l’écriture, avec une seule règle : je finis tout ce que je commence. Depuis, j’ai publié quelques nouvelles et des poèmes, chez divers éditeurs, dans des anthologies et des revues. Puis, il y a eu Porté disparu, paru aux éditions Inspire : c’est mon dernier texte en date, et le premier à sortir seul, hors recueil, et qui m’a permis de faire la connaissance de ce blog !

4/ Comment as tu eu l’idée de cette nouvelle ? Du personnage d’Aurélien ? Pourquoi la Forêt Noire ? La place des échecs dans ta nouvelle ?

En fait, cette nouvelle m’est venue d’un véritable rêve ! Il était d’une netteté incroyable et très cohérent : il y avait même une chute ! Tout le travail a consisté à retranscrire avec les mots justes l’impression qu’il m’avait laissée. J’ai donc recherché un lieu qui ressemblerait à celui du rêve. La Forêt Noire m’a plu, d’abord à cause du fort potentiel de rêverie que je trouve à ce nom. La découverte du Schwarzwaldbahn, le train qui traverse cette forêt en passant par 39 tunnels, a terminé de me convaincre d’y situer mon intrigue : l’histoire commence entre lumière et pénombre, tout peut donc arriver.

L’idée des échecs m’est venue plus tard. Je fais toujours énormément de recherches pour nourrir mon écriture, même si toutes les informations ne se retrouvent pas dans les textes, et j’ai découvert par hasard les « échecs féériques ». Ici aussi, le nom du jeu a immédiatement suscité mon imaginaire ! En me penchant sur les règles précises, j’ai eu l’idée d’organiser l’ensemble de l’intrigue comme une partie d’échecs féériques.

5/ As tu des conseils pour des futurs écrivains ?

Je suis une jeune auteure : c’est moi qui ai besoin de conseils !

6/ Quels sont tes prochains projets ?

Je travaille sur deux textes en ce moment. Le premier est un roman de science-fiction : une épopée spatiale plus précisément.

Je suis aussi en train de terminer un roman d’aventures pour un public adolescent. J’ai un attachement particulier pour la littérature jeunesse. J’aime sa liberté et sa vivacité. Il n’y a jamais d’enjeu éducatif dans mes récits jeunesse, au contraire, je privilégie la liberté de rêver.

 


 

J’espère que vous avez apprécié cet article et qu’il vous a donné envie de découvrir la nouvelle « Porté Disparu ». Dans tous les cas, je remercie Eva Dézulier pour m’avoir accordé cette interview 🙂 

Anna 

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *