L'aile des Vierges
Classique | Coups de coeur | Livres

L’aile des Vierges – Laurence Peyrin

19 juillet 2019

Bonjour ! J’ai eu un vrai coup de coeur pour L’aile des Vierges de Laurence Peyrin. Ce récit passionnant et féministe m’a bouleversé. En plus, il y a un petit côté Downton Abbey 😉


+ Genre: Littérature
+ Date de parution: 28 mars 2018
+ Nombre de pages: 468 pages
+ Prix sur Amazon: 7,99 euros pour la version Kindle et 20,50 euros pour la version papier
+ Lien Amazon: cliquez ici

Laurence Peyrin est une auteure française dont le coeur paraît très Américain. Amoureuse de New York et des auteurs américain , elle a le don de nous faire voyager dans ces récits poignants et souvent féminins.


 

Résumé du livre …

 

Angleterre, avril 1946. La jeune femme qui remonte l’allée de Sheperd House, majestueux manoir du Kent, a le coeur lourd. Car aujourd’hui, Maggie Fuller, jeune veuve au fort caractère, petite-fille d’une des premières suffragettes, fille d’une sage-femme féministe, entre au service des très riches Lyon-Thorpe.Elle qui rêvait de partir en Amérique et de devenir médecin va s’installer dans une chambre de bonne. Intégrer la petite armée de domestiques semblant vivre encore au siècle précédent n’est pas chose aisée pour cette jeune femme cultivée et émancipée. Mais Maggie va bientôt découvrir qu’elle n’est pas seule à se sentir prise au piège à Sheperd House et que, contre toute attente, son douloureux échec sera le début d’un long chemin passionnel vers la liberté.

 

Mon avis …

 

Ce livre … par ou commencer ? Je suis tombée par hasard sur « L’aile des Vierges » en regardant la story, sur instagram, de l’auteure Anne-Gaêlle Huon. Elle semblait apprécier la lecture de ce livre donc j’ai décidé d’aller voir le résumé sur Amazon. Dès que j’ai lu le court résumé, j’ai su qu’il était pour moi.

Un scénario façon Downton Abbey avec une romance et un combat féministe = bonne soirée en perspective

Effectivement, au fur et à mesure de ma lecture, ma première impression s’est confirmée. J’aime beaucoup Maggie, le personnage principal, qui souhaite avant tout être une femme libre dans cette Angleterre d’un autre temps.


A l’instant où elle franchirait les portes de Sheperd House, Maggie la résistante héréditaire s’effacerait jusqu’à devenir un personnage fictif, petit désastre en jupe de bonniche qui récurerait les sols en rêvant d’un monde meilleur »


Maggie commence un nouvel emploi chez les très riches Lyon-Thorpe. Autant vous dire, qu’elle n’accepte pas ce travail de gaieté de coeur. Pour une petite-fille de suffragette, être la bonne de « Pippa-ma-Chere » ça pique.

Laurence Peyrin nous dépeint avec brio le quotidien de ces employés pas comme les autres et les changements qui impactent cette société en 1946 : le droit du travail, le droit des femmes etc.


Il s’agit ni plus ni moins de faire ici ce que toute femme se doit de faire chez elle. Nous connaissons toutes parfaitement notre rôle, n’est-ce pas Mrs. Fuller ? 


Au-delà de ce travail peu épanouissant, Maggie se découvre et tombe peu à peu amoureuse (bien malgré elle et ses idées féministes). Le personnage masculin dont elle tombe irrémédiablement amoureuse est intéressant (j’essaye de ne pas trop vous spoiler).

Je trouve, toutefois, que leur romance commence rapidement. Je n’ai pas trop compris le moment où ils sont tombés amoureux… pourquoi elle ? pourquoi lui ? Bref, j’aurais préféré que cela prenne plus de temps.

Mais croire que « L’aile des Vierges » se résume a une romance est réducteur. Ce livre relate, avant tout, la construction d’une femme moderne et indépendante. Maggie va vivre des drames comme des joies.

Franchement, ce livre est l’équivalent d’une montagne russe émotionnelle. Il y a des moments où elle m’a fait rire, d’autres où elle m’a fait pleurer. Enfin par moments, Maggie m’a beaucoup énervé avec ces mauvaises décisions.


Elle eut la certitude qu’ici, personne ne l’apprécierait, et qu’elle entamait aujourd’hui une carrière d’emmerdeuse de bout de table. 


La partie que j’ai le moins aimée est la seconde partie du récit, aux Etats-Unis (un peu lente au début). Je ne suis pas non plus 100% d’accord avec la fin mais bon, j’ai eu un tel coup de coeur pour ce livre que je suis prête à l’accepter.

« L’aile des Vierges » fait partie des rares lectures qui m’ont touché, voir un peu retourner par moments. En tout cas, il m’a rappelé pourquoi j’aime autant lire.

 

Ce qu’il faut retenir …

 

Je vous recommande ce livre féministe, dans un univers Downton Abbey, avec une héroïne butée. Vous n’allez pas pouvoir le lâcher 🙂

Ce que j’ai aimé: 

♥ Le personnage principal, Maggie

♥ L’univers Downton Abbey

♥ Les émotions que vous fera ressentir ce livre

Ce que je n’ai pas aimé:

♠ La romance un peu rapide

♥ La seconde partie du récit, un peu lente au début

 

Ma note … 

 

Si vous cherchez une romance, je  vous recommande Coup de Foudre à la librairie des coeurs brisés – Annie Darling


J’espère que cet article vous plaira

Bon vendredi  🙂

Anna


 

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.