Catherine-Rose Barbieri
Contemporain | Interviews | Livres

Interview de Catherine-Rose Barbieri

23 novembre 2021

Bonjour à tous ! Je suis heureuse de vous présenter Catherine-Rose Barbieri, la merveilleuse auteure du livre « Souviens-toi que tu m’aimes ». Elle a eu la gentillesse de m’accorder une interview.

Qui est Catherine-Rose Barbieri ? Catherine-Rose une professeur d’Anglais à l’Université de Lyon qui est passionnée de littérature anglophone. Au-delà des lectures sérieuses qu’elle étudie avec ses élèves, Catherine-Rose est une vraie romantique. Et elle a une spécialité, écrire des romances feel-good parfaites en ce moment (Noël réveille souvent la romantique en nous … ou pas).

Son talent a été reconnu de multiples fois : Elle a reçu le titre lauréat de la Plume d’argent 2019 du site Plume Libre dans la catégorie « Premier roman » et a été nominée pour le Prix des Lecteurs Babelio la même année.

A ce jour, elle a publié 2 romances contemporaines : Am, stram, gram… ce sera toi qui me plairas ! et Souviens-toi que tu m’aimes

 

1/ J’ai toujours l’impression qu’on connaît mieux une personne lorsqu’on connaît ses lectures…quel est ton livre préféré ? Le livre qui t’a marquée ? Tes coups de coeur du moment? 

 

C’est très dur de répondre à cette question. Etant une avide lectrice, je lis de nombreux genres littéraires. Je dirais que mes coups de coeur sont principalement en romance ou romance historique :

→ Mon coup de coeur absolu est pour les romans de Jane Austen (comme beaucoup d’ailleurs). Pour moi, elle a fondé la comédie romantique. J’ai la chance de les enseigner à mes élèves.

→ En matière de romance contemporaine, plus je lis Clémentine Beauvais, plus j’adore. Brexit romance est l’un de mes favoris car elle arrive à traiter avec beaucoup d’intelligence de la question de l’amour et des sujets de société autour du Brexit.

Il y a aussi  A moi la nuit, toi le jour de Beth O’Leary que j’ai adorée. Elle coche toutes les cases de la comédie romantique.

→ J’aime aussi beaucoup les romances historiques. Les romans que je préfère sont La mer en hivers de Susanna Kearsley  et la série Tatiana  de Paullina Simons. Les romans de Monica Mccarty sont aussi très bien si l’on aime la romance plus sexy.

 

2/ A quel âge as-tu commencé à écrire ? pourquoi ce besoin d’écrire ?

 

J’ai commencé à écrire des romans après ma première grossesse, vers 30 ans. J’ai l’impression que ma grossesse a libéré quelque chose en moi.

Avant cela, j’écrivais de la poésie ou des chansons. Mais jamais des romans complets.

Mon envie d’écrire est venu de mes lectures. Je me sentais souvent orpheline après avoir lu un super roman. Cette errance entre deux romans m’a donné envie d’écrire. Je voulais écrire une autre fin ou une suite pour les héros que j’avais beaucoup aimés.

Ecrire me faisait tout simplement du bien.

 

3/ Quel est ton processus créatif ?

 

Cela dépend honnêtement du roman que j’écris. Pour moi, il y a eu une différence entre l’écriture d’Am, stram, gram… ce sera toi qui me plairas !  et Souviens-toi que tu m’aimes

Le premier était un vrai plaisir, sans enjeux. On s’était lancé un challenge avec une amie d’écrire, sur Wattpad, une nouvelle ayant pour thème la lettre d’amour. Après 10 pages, je ne parlais toujours pas d’une lettre d’amour. Mais j’étais passionnée par mon histoire donc j’ai continué. J’écrivais au fur et à mesure, quand l’inspiration me venait. J’ai très vite visualisé mes scènes clés. On parle de jardiniers et d’architectes. J’étais clairement une jardinière pour mon premier roman. C’était jouissif comme manière d’écrire.

Pour mon second roman, je voulais creuser la temporalité. J’ai donc dû plus creuser la structure pour permettre à mes scènes clés d’avoir un sens. Je ne suis pas allée jusqu’au plan mais je n’étais pas aussi libre que pour premier roman. Malgré cela, je pense que je ne suis pas du tout une architecte car cela me rend muette.

Cela me rappelle une conférence Ted Talks avec l’auteur du roman « Mange, Prie, Aime », Elizabeth Gilbert. Elle disait que l’inspiration était un souffle mystique qui te porte. Je pensais que c’était farfelue à l’époque. Mais en fait, c’est ce que j’ai ressenti en écrivant.

4 /J’ai vu que tu avais commencé sur Wattpad ? Peux-tu nous parler de ce réseau social pour auteur ? As-tu aimé l’expérience ? 

 

Incité par une amie (lors de notre challenge), j’ai essayé Wattpad il y a quelques années. J’avais peur de publier mes écrits. Mais j’ai été surprise par toute la bienveillance que j’ai reçue. Si vous précisez clairement quel type d’histoire vous écrivez, les personnes qui viennent voir votre histoire sont intéressées. J’ai remarqué que les commentaires étaient généralement positifs et encourageants.

A l’époque, j’avais des lectrices assez jeunes et bienveillantes. J’ai gardé un super souvenir de ce réseau social. Wattpad m’a motivé à terminer mon premier roman car j’avais des lectrices qui attendaient la suite.

5/ Tu as publié tes 2 romans avec la maison d’édition Eyrolles.  Peux-tu nous parler de ta rencontre avec cette maison d’édition ?

 

C’était une sorte d’alignement d’étoiles inattendue. J’écrivais mon premier roman sur Wattpad, qui ne s’appelait pas Am, stram, gram… ce sera toi qui me plairas !  à l’époque. J’avais écrit moins de 10 chapitres quand je me suis fait contacter par une éditrice. Elle a été surprise d’apprendre que je publiais au fur et à mesure. Elle pensait que le roman était terminé. La savoir intéressée m’a énormément motivé à finir plus vite.

J’ai envoyé en décembre mon manuscrit pour passer en comité de lecture. Puis nous avons signé un contrat en avril 2018.

Dans la foulée de la sortie de mon premier roman, elle m’a fait entièrement confiance pour le second. Les idées pour ce second roman sont arrivées lors d’un voyage en Écosse, quelques mois après la signature de mon contrat avec mon éditeur. J’ai eu un coup de coeur pour l’Écosse et je savais que ma seconde histoire devait se passer là. Lors de mon voyage, j’ai presque vu mes personnes apparaître sur place. Notamment sur l’île de Skye.

6/ Auto-édition vs. Maison d’édition ? Est-ce que l’auto-édition t’a déja tenté ?

 

J’y pense de temps en temps. De plus en plus d’auteurs se tournent vers l’auto-édition. Il y a beaucoup de contrainte dans l’auto-édition car l’auteur doit tout faire. J’espère que j’en serais capable. Pourquoi pas un jour, nous verrons bien.

7/ Revenons à ton dernier roman Souviens-toi que tu m’aimes, comment décrirais-tu cette belle histoire ?

 

Dans ce roman, tout est construit autour du sujet de la loyauté. C’est un thème qui me tient coeur. La loyauté est traitée sous différentes formes comme : la loyauté familiale qui peut nous enfermer dans des schémas qui ne sont pas les nôtres ou la loyauté que nous devons à nous-même.

Au-delà de ce sujet, Souviens-toi que tu m’aimes est une histoire d’amour qui parle du coup de foudre et du destin. Quand les sentiments sont suffisamment forts pour durer dans le temps et au-delà de la distance.

Contrairement à Am, stram, gram… ce sera toi qui me plairas ! qui est une vraie comédie romantique, ce roman est plus une romance avec des thématiques profondes. Les personnages vont rencontrer des vrais obstacles et épreuves. Souviens-toi que tu m’aimes  est romance à caractère initiatique.

8/ Qu’est-ce qui t’a inspiré cette histoire ?

 

Comme je l’expliquais, tout est partie de l’Écosse. Toutes les légendes associées à pays m’ont intéressée. Au gré de mes lectures, je suis tombée sur un ballet romantique, La Sylphide, dont l’histoire est en Écosse.

Dans ce ballet, le héros, James (nom que j’ai choisi pour mon propre héros), se retrouve à devoir délaisser sa jeune fiancée pour suivre dans la forêt une fée. Mais une fois dans la forêt, il la perd de vue et ne la retrouvera. Une vieille sorcière lui donne un voile en lui disant qu’il pourra la capturer avec ce voile lorsqu’il la verra. Malheureusement, cela est un leurre. Quand il utilise le voile empoisonné la fée disparaît à jamais. Suite à cette mésaventure, James revient à son village et découvre que sa fiancée a épousé son rival.

Je voulais donner à ce ballet une fin plus positive. J’imagine mon héroïne comme la fée dans ce ballet romantique que James souhaite retrouver.

9/  Aujourd’hui tu as publié deux romans du genre « comédie romantique », est-ce ton genre de prédilection ou souhaites-tu explorer de nouvelle chose ?

 

Pour l’instant je resterai autour de la romance. J’enseigne de la littérature très sérieuse que j’aime beaucoup. Mais mon écriture est une passion. Je souhaite écrire sur des sujets qui me permettent de garder mon optimisme.

En matière de romance,  je suis intéressée pour la romance jeunesse  et historique.

10/ Quels conseils pourrais-tu donner aux jeunes auteurs ?

 

D’écrire ce qu’il leur plaît. Il ne faut pas écrire quelque chose qu’on pense « acceptable », il faut écrire ce que l’on veut écrire. Le monde de l’édition peut essayer de nous enfermer dans un genre littéraire mais il ne faut pas. Il faut garder cette fraicheur et cette envie d’écrire.

Je conseille aussi de se protéger si vous souhaitez passer par une maison d’édition. Vous allez recevoir des conseils, des jugements et des avis. Il ne faut pas se décourager après l’avis de certains éditeurs.

Rappelez-vous l’exemple connu de J.K. Rowling !!

11/ Quels sont  tes prochains challenges ?

 

Je souhaite prendre mon temps pour mon troisième roman donc nous verrons bien :).

12/ J’ai une dernière question pour toi. Quels sont les réseaux sociaux que tu utilises ?

 

J’utilise instagram (voir son profil) et facebook (voir son profil). Je suis très active sur instagram mais toutes mes actualités sont aussi sur Facebook.

Vous pouvez aussi retrouver le profil de Catherine-Rose Barbieri sur Goodreads.

Merci  d’avoir répondu à mes questions 🙂


J’espère que cette interview vous plaira !!

Bon mardi !!

Anna

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.